Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La farce de l'ordre

Publié le par NDDL41

Ils étaient nombreux (un pour 2 manifestants ?) et leurs interventions avant la manif font causer... Vous pouvez nous envoyer vos témoignages.

  • Dans tout le boulot que vous aviez à faire hier, il y a des choses que vous n'avez sûrement pas vues comme celles qui se sont déroulées autour et dans Chinon.

* Le bus en provenance de Nantes a été stoppé par les forces de l'ordre (je ne sais pas si c'est la gendarmerie ou autre) au péage de l'autoroute. Les passagers ont eu droit à un contrôle d'identité et le bus fouillé.

* Je suis venu en co-voiturage avec des Malouins. Comme ils ne connaissaient pas la centrale nous sommes allés la voir avant la manif. Nous y sommes allés par Avoine. Au premier rond-point (vers de grandes serres aux murs rouges), nous avons eu droit à un premier contrôle de gendarmerie. Toutes nos identités ont été vérifiées, un des policiers ayant un ordinateur portable, je suppose, connecté à un fichier quelconque de la police. Les gendarmes nous ont laissé partir en nous précisant bien qu'on n'avait pas le droit de s'arrêter le long de la centrale. Nous avons donc longé la centrale, passé le pont sur la Loire et fait demi tour à Port-Boulet.
Nous avons retraversé le pont, sommes passé tranquillement devant d'autres gendarmes postés à la sortie du pont coté centrale. Ils nous ont laissé passé, mais lorsqu'un motard a vu les autocollants et les affiches "Fukuchinon" au cul de la voiture, il a sauté sur sa moto, nous a rattrapé et fait stopper auprès d'une autre voiture de gendarmerie postée au carrefour de la D7/D749 à mi longueur de la centrale. Le motard a ordonné aux gendarmes de la voiture de nous faire subir un contrôle.

Outre nos cartes d'identité de nouveau vérifiées, on a eu droit à un contrôle de la voiture et les gendarmes ont vu que nous avions des banderoles : La première est un simple tissu de 4/5m de long sur 1,20 de large avec pour message "le nucléaire tue" (visible sur les photos). La seconde était un soleil "nucléaire non merci" peint du du tissu carré de 1,70m de coté avec une baguette de bois grosse comme un pouce pour la tendre et 2 autres perches de même grosseur pour la porter. La troisième était composée d'une baguette de bois de la grosseur d'un pousse portant le drapeau du Réseau SDN associé au drapeau de St Malo.

Un des gendarmes nous a déclaré qu'il nous réquisitionnait nos banderoles au prétexte que c'était interdit. Nous avons baratiné dans tous les sens les gendarmes avec divers arguments mais "les ordres sont les ordres". Nous n'avons pu que récupérer la banderole N°1 (celle en tissu seul). Pour les 2 autres, nous avons convenu avec les gendarmes que nous reviendrons en fin de journée les récupérer. Le rendez-vous était donc fixé sur ce carrefour.

Après la manif, nous sommes retournés à ce carrefour. Plus personne. Têtus, nous avons commencé le tour de la centrale et avons vu une voiture de gendarmerie pas très loin de l'entrée secondaire de la centrale. Malgré le "c'est interdit de stationner" du gendarme, nous nous sommes arrêtés pour lui raconter notre histoire et lui demander à qui s'adresser. On est renvoyé à l'entrée secondaire de la centrale. De nouveau, on compte l'histoire à ces gendarmes qui nous renvoie à l'entré principale à savoir celle vers le pont où il y a un moulin à vent miniature.

Et là surprise, alors que nous nous garions, 2 CRS sortaient de la centrale chacun avec une de nos banderoles dans les mains !!!!! que nous avons remises dans la voiture ....

* Après le défilé, alors que la circulation automobile avait été rétablie sur les quais, ma soeur et moi sommes allés en ville pour aller acheter des cigarettes. On a remonté les quais vers la place où il y a la gendarmerie de Chinon et la fête foraine. Il y avait toujours des CRS en tenue "affrontement" à l'entrée de la place. Ils étaient en train de contrôler un groupe de militants en leur demandant de déployer leur banderole, ouvrir leur seau (seau de 5 litres en plastique, vide, qui leur servait de tambour, mais avec un trèfle peint dessus !!!), leurs sacs. Nous nous avons été stoppé par le petit jeune avec des questions "vous êtes qui", "vous allez où", "qu'avez-vous dans vos sacs à dos" pour finir sur un "vous attendez". Là dessus un "chef, ils ont une banderole dans leur sac'' a été claironné. Le Chef est venu voir !!!! Peut être grâce aux cheveux gris du chef, on a pu aller en ville sans autre problème.

* Les quelques rues que nous avons sillonnées dans Chinon donnaient l'impression de marcher dans une ville fantôme -un aperçu de Chinon après explosion de la centrale ???- : magasins fermés dont les tabacs mais seule une chocolaterie était ouverte et personne sur les trottoirs. Les forains ont dû nous maudire car ils n'avaient que 2 ou 3 péquins dans leurs attractions. Par contre, les places et rues adjacentes étaient pleines de camionnettes de CRS, la plupart d'entre eux somnolant sur leur siège. Mais malgré tout au moins un moteur tournait. Pourquoi ? Ni pour le chauffage ni pour la climatisation car fenêtres et portes étaient grandes ouvertes. Un peu plus d'argent public en fumée !!!

Commenter cet article